Un jour trois jeûneurs: Emilie, Béatrice et Anna de Bruxelles

Un jour trois jeûneurs: Emilie, Béatrice et Anna de Bruxelles

Jusqu’au 2 décembre, nous partagerons avec vous des mini-interviews de jeûneurs, qui permettront de mettre des visages sur les jeûneurs, de découvrir pourquoi ils jeûnent, comment et quelle interpellation leur jeûne porte !

Quelle(s) conviction(s) vous ont engagé(e) à participer à ce jeûne pour le climat ?

Mon inquiétude pour le climat est croissante et s’accélère au rythme des nouvelles par les médias: extinction de grand nombre d’espèces d’animaux; moins de diversité végétale; réchauffement; déplacement des hommes dû aux changements climatiques. Mais aussi dans mon environnement direct  je  remarque les changements: où sont les moineaux, les merles dans ma ville? Des insectes venant d’autres climats dévastent certaines plantes dans le jardin; les embouteillages énormes dans la ville; le ciel souvent jaunâtre au dessus de ma tête. Quand je voyage à travers cette belle nature j’ai l’impression de lui dire au revoir  et je ne peux pas accepter cela, nos enfants doivent aussi pouvoir s’émerveiller devant tout cela, vivre dans un environnement sain. Pour beaucoup de politiques d’autres sujets sont toujours prioritaires et avec des résultats visibles à court et moyen terme, les lobbys peuvent empêcher de prendre des décisions importantes qui sont dans l’intérêt de l’humanité. Nicolas Hulot en témoigne lors de sa démission en direct à la radio l’été dernier. En tant que citoyen nous devons prendre nous mêmes notre responsabilité et ne pas attendre que les solutions viennent d’abord de la politique.

Comment voulez-vous donner forme à votre jeûne pour le climat ?

J’en fait jamais assez mais depuis longtemps on utilise des produits écologiques pour le ménage. Nous achetons du bio et du vrac et mangeons de la viande essentiellement le weekend. Pour réduire le plastic on est revenu au pain de savon pour nous laver, également les cheveux. et j’achète plutôt des recharges que de bouteilles en plastic pour laver le linge, on n’utilise pas des pesticides dans le jardin,…

Je veux encore être plus consciente de mon impacte sur le climat en réduisant d’avantage l’utilisation de la voiture et donner le bon exemple à mes enfants avec un comportement responsable et solidaire.

Parler du climat signifie parler de toutes les grandes questions qui secouent notre humanité. Quel thème vous tient particulièrement à cœur et pourquoi ? Par exemple : climat et migration, climat et biodiversité, climat et paix, climat et justice sociale, etc.

Tout est lié, la monoculture épuise la terre, l’eau, le réchauffement assèche les ressources: la population ne peux plus se nourir et migre ce qui cause des tensions avec d’autres peuples, la paix est en péril,… Tout m’intéresse.

Quelle question ou interpellation souhaitez-vous adresser à nos dirigeants politiques lors de la COP24 ?

Je vous demande de projeter vos propres enfants et petits-enfants dans le futur, vivant des périodes de grandes chaleurs, peut-être obligés de fuir, de déménager à cause des catastrophes causées par le climat ou par des grands flux de migrants, réfugiés. Peut-être un d’eux aura de l’asthme, un cancer à cause de la pollution. Quand vous regardez avec eux des images avec les animaux vous devez dire qu’une grande partie n’existe plus. Non, vous ne voulez pas ça? Alors soyez courageux ensemble, ne vous laisser pas influencer par les lobbys, ne vous donner pas d’excuses avec d’autres priorités mais inscrivez vous dans l’histoire en ayant pris des décisions qui sauvent la planète de vos enfants.

Partager :