Un jour un jeûneur: Colette Nys-Mazure, écrivaine

Un jour un jeûneur: Colette Nys-Mazure, écrivaine

Jusqu’au 2 décembre, nous partagerons avec vous des mini-interviews de jeûneurs, qui permettront de mettre des visages sur les jeûneurs, de découvrir pourquoi ils jeûnent, comment et quelle interpellation leur jeûne porte !

Quelle(s) conviction(s) vous ont engagé(e) à participer à ce jeûne pour le climat ?

Par intime conviction – le désir d’une vie désencombrée – et par conscience citoyenne – notre planète court à sa perte si nous n’agissons pas de toute urgence; par fraternité, en communion.

Comment voulez-vous donner forme à votre jeûne pour le climat ?

Ce sera surtout un contrôle de ma consommation informatique et médiatique.

Nous entrons dans l’Avent et je voudrais me débarrasser du fardeau des fake news, des pulsions vers les courriels afin de laisser place à l’essentiel: la prière, la rencontre en profondeur, le partage avec des migrants de notre ville.

Parler du climat signifie parler de toutes les grandes questions qui secouent notre humanité. Quel thème vous tient particulièrement à cœur et pourquoi ? Par exemple : climat et migration, climat et biodiversité, climat et paix, climat et justice sociale, etc.

Je suis sensible aux migrants et aussi à la justice sociale, notamment entre hommes et femmes dans l’Eglise, l’invitation à la collaboration des unes et des autres non seulement aux actions mais à la réflexion et à la prise de décision.

Je souffre de la consommation devenue folle, de l’avoir au mépris de l’être et de la rencontre.

Quelle question ou interpellation souhaitez-vous adresser à nos dirigeants politiques lors de la COP24 ?

Quels aménagements d’une meilleure gestion des énergies (dans tous les sens du mot) y compris les sacrifices qu’ils entraînent pour chacun là où il vit, sommes-nous prêts à consentir et à organiser? Quelle entente raisonnée et active entre les différents dirigeants – non pas de vœux pieux mais des actes concrets immédiats.

Partager :