Un jour un jeûneur: Emmanuelle Seyboldt, présidente de l’Eglise Protestante Unie de France

Un jour un jeûneur: Emmanuelle Seyboldt, présidente de l’Eglise Protestante Unie de France

Jusqu’au 2 décembre, nous partagerons avec vous des mini-interviews de jeûneurs, qui permettront de mettre des visages sur les jeûneurs, de découvrir pourquoi ils jeûnent, comment et quelle interpellation leur jeûne porte !

Quelle(s) conviction(s) vous ont engagé(e) à participer à ce jeûne pour le climat ?

Je suis convaincue que si je veux que « les choses » changent, je dois commencer par moi, tout simplement !

Comment voulez-vous donner forme à votre jeûne pour le climat ?

Comme je suis en réunion intensive tout le week-end, je ne peux pas jeûner physiquement. Je ne mangerai pas de viande, mais c’est ce que je fais déjà depuis plusieurs années. Je ne boirai pas de vin, mais là aussi, c’est mon habitude. Je prendrai le train pour me déplacer. Rien d’extraordinaire. Alors voilà comment je jeûnerai : je ne consulterai pas mes mails sur mon téléphone portable pendant le week-end. Les mails sont de gros consommateurs d’énergie…

Parler du climat signifie parler de toutes les grandes questions qui secouent notre humanité. Quel thème vous tient particulièrement à cœur et pourquoi ? Par exemple : climat et migration, climat et biodiversité, climat et paix, climat et justice sociale, etc.

Ce qui me touche le plus, c’est que les changements climatiques affectent beaucoup plus ceux qui sont déjà en souffrance. Les fortes chaleurs peuvent bien sûr être combattues par la climatisation – sauf si on ne peut ni isoler ni équiper son logement. Les gens chassés de chez eux par la montée des eaux perdent tout. Avec quoi vont-ils vivre ?

Quelle question ou interpellation souhaitez-vous adresser à nos dirigeants politiques lors de la COP24 ?

Les enjeux nécessitent que l’on cesse de penser « partis politiques » pour penser uniquement « bien commun » et même « survie de l’humanité ». N’est-ce pas en enjeu suffisant pour laisser les intérêts particuliers au placard ?

Partager :