Une jeûneuse: Amélie, étudiante en administration économique et sociale à Strasbourg

Une jeûneuse: Amélie, étudiante en administration économique et sociale à Strasbourg

Quelle(s) conviction(s) vous ont engagé(e) à participer à ce jeûne pour le climat ?

La conviction de participer à un changement des mentalités en faveur de la préservation de l’environnement et de pouvoir faire un geste au sein d’un groupe (comme le jeûne proposé par les étudiants du Stift le lundi 18 octobre) qui sera visible et qui aura un impact.

Comment voulez-vous donner forme à votre jeûne pour le climat?

Durant ce jeûne pour le climat, j’ai décidé de ne manger que des produits qui sont locaux, et de me passer de tout ce qui est superflu pour revenir à l’essentiel et apprécier les choses simples.

Parler du climat signifie parler de toutes les grandes questions qui secouent notre humanité. Quel thème vous tient particulièrement à cœur et pourquoi ? Par exemple : climat et migration, climat et biodiversité, climat et paix, climat et justice sociale, etc.

C’est compliqué de n’en choisir qu’un parce que pour moi ces thèmes sont tous liés. Celui qui est le plus important est certainement climat et paix, car en y travaillant au niveau mondial, nous pourrons aussi faire avancer les autres thèmes.

Quelle question ou interpellation souhaitez-vous adresser à nos dirigeants politiques lors de la COP26?

Je pense qu’il est temps que les dirigeants politiques ouvrent les yeux et prennent leurs responsabilités une fois au pouvoir, plutôt que de faire des promesses non tenues lors des campagnes. L’exemple doit venir d’eux pour pouvoir convaincre un maximum de personnes.

 

Partager :